Contre-jour

Jouer avec les rayons du soleil

IMG_2563 - Copie - Copie

– « Je peux te prendre en photo ? »

– « Nan! »

– « Allez c’est juste pour m’entraîner, et de toute façon tu es à contre-jour, on ne te verra pas ! »

– « Bon dans ce cas, d’accord… »   🙂

En vérité, la technique du portrait en contre-jour, et en particulier au soleil couchant, donne un joli effet de halo derrière la personne, ce qui permet de mettre ses traits en valeur. La lumière éclaire par derrière, ce qui fait qu’il n’y a pas d’ombre (ou peu) sur le visage et le sujet ne plisse pas les yeux puisqu’il n’est pas agressé par les rayons.

Le photographe se déplace afin d’avoir le soleil parfaitement aligné avec le visage, ou à contrario, obtenir un effet de rayonnement.

Un peu de technique…

Contre-jour, flare et effet de halo, (pas) selon Wikipédia :

Pauvres sont les descriptions de l’encyclopédie libre sur le sujet. J’ai donc préféré vous donner quelques informations provenant d’autres sources, telles que portraitoupaysage.com, focus-numérique.com ou encore objectif-photographe.fr. Soit-dit en passant, ces sites sont très instructifs et didactiques si vous désirez apprendre les bases ou vous améliorer en technique photographique.

La photographie en contre-jour consiste non pas à se cacher du soleil mais, au contraire, à jouer avec la lumière de celui-ci, bien en face. Plusieurs effets peuvent être obtenus tel qu’un sujet assombri (style « silhouette »), une surexposition d’une partie du cadre, des ombres visibles, etc.

La surexposition est traduite par du « flare » sur la photo, autrement dit, une photo avec une quantité de lumière trop importante, où le contraste sera faible. La surexposition peut être totale ou partielle sur la photo. Généralement, en contre-jour, vous obtiendrez un sujet sous-exposé de par la surexposition se situant derrière lui (vous suivez toujours ?).

L’effet de halo, en photographie, nous pouvons le remarquer aux « disques de lumière » générés par le soleil, formant comme des taches ou des bulles sur votre photo.

Contre-jour, flare et effet de halo, pour moi :

L’histoire d’amour entre l’effet des rayons du soleil sur les photos et moi commence durant mon voyage à Séville. Le soleil de juin est présent, sans le moindre nuage du matin au soir, la lumière douce peut donc être oubliée durant notre escapade. Au début, Plaza de España, je préfère ranger le 7D et laisser tomber toutes prises de vue, pensant ne pas pouvoir éviter l’effet « cramé » et désespère de ne jamais pouvoir être « au bon moment lumière ». Et puis, au moment de photographier un oranger, j’aperçois dans le viseur cet effet de halo. Et pourquoi pas? Banco ! Le résultat me plait, je commence à y prendre goût, à jouer avec cette lumière, ces rayons du soleil. S’en suivent une série de photos, non seulement à Séville mais durant toutes mes autres sorties photos de jour.

IMG_2645

Cette histoire évolue encore en traversant le pont Saint-Pierre de Toulouse et en m’essayant à un effet avec le toit de la chapelle Saint-Joseph.

  • « Si je devais choisir un thème d’expo à cet instant, ce serait les rayons de soleil. Plusieurs clichés, tant de portraits, de paysages nature ou urbains, tous avec du contre-jour, du flare. »

En espérant qu’un jour, rêverie devienne réalité…

L’histoire des prises de vue :

Celle de l’oranger, vous venez de la lire dans le paragraphe précédent.

Celle de notre amie sur les toits du métro parasol à Séville se résume très bien à la conversation du début de l’article. Je dirais même que ce sont les mots exacts qui ont été échangés ! Résultat :

– « Tu vois que t’es photogénique ! En plus, tout le monde a « liké » sur facebook ! »

– « Mmouais… c’est aussi parce que j’ai des lunettes géantes ! »

Incorrigible…

Quant à notre petite dernière, le beau gosse mannequin pour Adidas, elle fût prise cet été, dans la région des Corbières, à hauteur du lieu-dit « les deux voies », un endroit ombragé où coule une rivière dans laquelle beaucoup d’enfants locaux et touristes de passage viennent se baigner.

Les plus beaux portraits s’assimilent, selon moi, à de la photographie animalière. Pris sur le vif, sans pose ni attention vers le photographe, dans un milieu naturel, ignorant totalement la présence de l’objectif.

IMG_7207

La photographie, ou peindre avec la lumière. Photographe, vis la lumière, joue avec elle, elle est ta source vitale, inépuisable.

Publicités

A propos Stéphanie Van Lembergen

Photographe amatrice depuis l'âge de 14 ans. Passionnée de nature et de grands espaces depuis toujours. La macro et le portrait sont les nouveaux venus. Une envie irrésistible de prendre le matos et de partir à la recherche d'un détail, d'un recoin, d'un sourire, d'un moment,... Plus rien n'existe, seule l'image persiste. Techniquement: Canon 7D avec lens Sigma 18-35mm f/1.8 et lens Canon 100mm Macro série L f/2.8
Image | Cet article a été publié dans Portraits. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s