La ville rose

A travers un regard local

IMG_7809

Comme précédemment écrit, j’ai visité le Languedoc-Roussillon cet été et je suis passée par le chef-lieu de la région, Toulouse.

– « On va visiter ta ville natale? Tu fais le guide touristique? »

– « Ouais bien sûr! Attends… je réfléchis à un chouette parcours… Euh, tu veux vraiment tout voir? »

Toulouse, selon Wikipédia:

Aïe! Pour rester fidèle à la structure des articles du blog, oui, je vais renseigner des informations venant de l’encyclopédie libre qui, comme chacun sait, n’est pas toujours la meilleure référence au monde, alors que je pourrais avoir un article rédigé par un natif. Tant pis, après tout, les commentaires sont disponibles et peuvent aussi servir aux correcteurs 😉

Toulouse, donc, chef-lieu du département Haute-Garonne, de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées et siège de Toulouse Métropole (on reprend son souffle!).

Près de 460 000 habitants municipaux (chiffre arrondi), elle caractérise le Midi de la France et est surnommée « ville rose » de par la couleur des briques de terre cuite utilisées pour la majorité de ses bâtiments.

Ville dynamique, étudiante, connue pour être le siège social d’Airbus, le développement de la culture de la violette (et autrefois du pastel), ses spécialités gastronomiques comme le cassoulet, la saucisse et les cachous, et sans oublier la fierté locale, l’équipe de rugby!

Description très succincte je vous l’accorde, mais restons-en là pour le moment.

Toulouse, pour moi:

L’année passée, Toulouse n’était encore pour moi qu’une grande ville française du sud de la France où les habitants avaient un accent… disons… « intéressant« .

Je vous avoue avoir cherché 15 minutes pour trouver un qualificatif seyant à l’accent toulousain, sans succès. Parait-il, ce serait l’accent français le plus sexy, selon les sondages publiés par quelques journaux du pays… Je vous laisse juger.

Bref, Toulouse, à part le cassoulet et… ah bah en fait rien d’autre. Je ne la connaissais donc absolument pas.

Mais les choses ont changé. Toulouse, pour moi aujourd’hui, c’est une ville de « couleurs ». Ces fameuses briques, elles reflètent les rayons du soleil et changent d’humeur selon l’heure de la journée, selon la saison, selon la météo,… Ce n’est pas qu’une ville rose, c’est une ville de soleil. La balade dans le centre-ville est agréable, respirable, adaptée aux piétons, et le patrimoine architectural garde son aspect original, malgré toute les grandes enseignes commerciales. Même sous 35°, la fraîcheur d’une ville d’eau (la Garonne) fait qu’on ne se sent pas « écrasé« , et on trouve facilement une petite terrasse accueillante pour se désaltérer. Un lieu où on a envie de s’attarder.

L’histoire de la prise de vue

On a quand même bien déambulé, marché sans s’arrêter (à peine le temps pour déjeuner) du matin au soir sous une journée de canicule (de mon point de vue belge, 35° et plein soleil, c’est bien caniculaire!). Mais en plein mois d’août, la « magic light » du soir tombe tard et les couleurs d’un ciel sans nuage manquent un peu de nuance pour un joli dégradé sur la Garonne.

On garde quand même en tête les paroles du connaisseur local, « depuis le Pont Neuf, à la tombée du jour, on comprend le surnom de Toulouse!« .  On attendra donc qu’il soit un peu plus tard dans la soirée, et on prendra en photo le Pont Neuf en question plutôt qu’une photo sur ce dernier. Manque de temps, de matériel approprié et puis une énorme grande roue gâchant un peu la vue sur la chapelle Saint-Joseph. Regrets? Qu’à cela ne tienne, il y aura d’autres occasions…

IMG_7802

Photoshopées dites-vous? Voyons… je dirais plutôt « embellies« , renforçant ainsi cette dynamique de couleurs mal captées par l’appareil. Accentuation sur la « ville soleil ».

Publicités

A propos Stéphanie Van Lembergen

Photographe amatrice depuis l'âge de 14 ans. Passionnée de nature et de grands espaces depuis toujours. La macro et le portrait sont les nouveaux venus. Une envie irrésistible de prendre le matos et de partir à la recherche d'un détail, d'un recoin, d'un sourire, d'un moment,... Plus rien n'existe, seule l'image persiste. Techniquement: Canon 7D avec lens Sigma 18-35mm f/1.8 et lens Canon 100mm Macro série L f/2.8
Image | Cet article a été publié dans Urban. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour La ville rose

  1. christine Le carvèse dit :

    Rien ne décrit mieux Toulouse que la magnifique chanson de Nougaro « Ô Toulouse ». Elle vous fait monter les larmes aux yeux quand vous connaissez sa ville.

    Aimé par 1 personne

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s